Beyond the hate  Beyond the hate

pouriture décadente par Marcassin




Ce soir, un brin enervé,
Voila ce que j'ai à proposer,
un leger poème bien ensanglanter,
J'espère qu'il vous fera plaisir,
Quand vous le lirez.

Les gens sont cons, ils sont moches,
Même ceux que l'on croit proche.
Il prône inspiré à leur confiance,
Alors leurs vies, n'ont aucuns sens.

Descendants de violeurs consanguins,
Trisomiques fonctionnaires homosexuels,
Élevés par une suceuse de babouins,
Méritant la mort par chambre à gaz mortel.

Tout être humain présente une belle image,
Pour attirer quiconque le croyant sage;
Pédophile, salope, ou enculer,
Une même technique pour une même finalité.

Le but commun est de profiter ;
En faisant croise à l'être attiré,
Que tout va pour le mieux,
Et qu'il n'y a pas de raisons d'être anxieux.

Tant qu'il n'y a pas d'indices ou de preuves,
Personne ne s'intéressera à cette futile manœuvre,
Et aucun ne se rendra compte immédiatement,
Que la personne qui l'attire est un suppôt de Satan.

Désirant se jouer de la première personne venue,
Il profite pour obtenir ce qu'ils ont toujours voulus,
Ils participent à un echec social et mental,
Perpétuant une sans cesse invocation du mal.

N'ayant ni cœur ni âme, cependant des être humains,
Leurs désirs de se nourrir de chagrins,
Fait d'eux les démons ignobles et répugnants,
Méritant uniquement de baigner dans leur sang.

Ces personnes prennent leurs meilleures images,
Et profitent de vous, de moi, comme des mages.
Mais l'échec pour eux est arrivé,
Nous nous sommes rendu compte de leurs subtilité.

L'heure ultime de la vengeance a sonnée,
C'est à nouveau que le sang va couler.
Dans le plus grand et le plus beau des bûcher,
Les indésirables se regarderont brûler.

De leurs chaires fétides s'en ira l'odeur de la vie,
A ce dernier instant, ils réaliseront,
Que pour toutes leurs magouilles c'est finis,
Et que l'être humain sensé, va redevenir le patron.

Tous ces fils de chiens de feront de mal à personnes,
Leurs destiné n'était, de toute façon, pas bonne.
Après vengeance et totale extermination,
De la vermine se nourrissant de notre raison,
Profitant à chaque instant de notre confiance,
Et de notre naïveté, chaque instants, si dense.
Une vie sans indésirables est bientôt imposée,
Où l'Homme, et sa raison, pourra dominer,
Où la décadence n'existera plus,
Les gens se respecteront dans la rue,
Quand il n'y aura plus de conflits de goûts de d'idées,
Quand le cauchemar des combats se sera évaporé.
Quand il n'y aura alors plus personne à tuer.
Quand il n'y aura alors plus personne à qui parler.
Quand il n'y aura alors plus personne à frapper.
Quand il n'y aura alors plus personne à aimer.
Quand il n'y aura alors plus personne.




Le seul moyen de pouvoir exterminer tous les cons, est d'exterminer l'Homme en lui même. Aucun problèmes ne se résoudra aussi simplement que ça. On ne change pas la nature des gens, et ils ne changent pas tout seul non plus. Pour éviter la nature, il faut pas la changer, mais bien la supprimer.



Commentaires

Laissez un commenaire sur le texte

Pseudonyme :
Commentaire :

Veillez bien remplir les deux champs du commentaire et du pseudo.

Grosse baleine666:
D'accord avec toi mec

Marcassin:
Merci bien à toi , même si je ne sais point qui tu es :)

Beyond the hate