Beyond the hate  Beyond the hate


Introduction (sans douleur) :


Né de la gestation
De trois esprits torturés,
Ce site à pour vocation
De vous faire rigoler.

C’est évident,
Cela pourrait vous choquer,
Et pourtant,
C’est la vérité.

Sous l’effet de l’alcool et la bière,
Ces poèmes malsains
Dégagent une nouvelle atmosphère,
Et font dresser les poils pubiens.

Des personnes asexuées,
Nous ont forcés,
A dénoncer
Ce monde insensé.

Par le biais de notre haine
La colère coulera dans vos veines
Et maintenant, si vous voulez développer votre imagination,
Allez découvrir nos compositions.



marcassin Louis-Roman, né de deux pères masculins dont un, Milosevic, s’est fait implanter sauvagement un utérus artificiel en Serbie durant le fameux génocide de 2018, et l’autre du nom Emile-L, conducteur de bus pour handicapés. Louis-Roman n’a pas été élevé, dès 6 ans il a travaillé dans les champs Birman pour enfouir les mines et participé au massacre de Cébrenitsa. Il se passionna très tôt sur l’histoire et il pense que la diabolisation de certains personnages historiques est abusive et injustifiée. Il découvrit la masturbation à l’âge de 14ans lorsque sa grand-mère prostitué transsexuelle lituanienne voulant faire carrière à Hollywood faisait la toilette de son sexe. Ne sachant ni lire ni écrire Louis-Roman fréquente les expositions de peinture ou il repère ses victimes (généralement des gauchistes bobos du 4e âge). Touché par la grasse de Satan Louis-Roman appuit au hasard sur les touches de son clavier que le Très-Bas change en poèmes d’une lyricité inégalée. Schizophrène à la personnalité instable il est actuellement rechercher suite à son évasion du service haute sécurité de l’hôpital psychiatrique de Pau. Signe particulier : il est très beau.


marcassin
Marcassin est né le 6 juin 666 d'une mère morte et d'un père médecin légiste, il est le trente-septième et ultime rejeton de sa fratrie. Dès la maternelle sa mère (qui n’a pas ressuscité depuis sa grossesse) l’inscrit dans une institution catholique protestante anarchiste qu'il a mit longtemps à quitter. Après avoir quintuplé sa Terminale, l’éducation nationale lui donna son bac. Il est actuellement en train d’étudier dans une école de dépoussiérage d’anus de chiens pour cabinet de vétérinaire. Nécrophile dans l’âme, il viole son premier cadavre dès l’âge de 13 ans, et provoque une épidémie dans une ferme de Normandie en violant toutes les chèvres de la bâtisse. Fan de musique brutal tel que Benighted, aborted, all shall perish et Tokyo hotel, il est mort 4 fois d’overdose de bière, mais Satan le renvoit sur Terre à chaque fois pour finir son devoir : faire régner Hans Kanter. Amateur de sport de combat, il aime écraser ses victimes avant de les farcir de son foutre et de les manger après. Ses crimes sont reconnaissables à cause de l’élargissement anal de ses victimes, après sa dix-huitième opération d’élargissement de son chibre, il ne peut s’empêcher de laisser des marques. Il est actuellement dans une maison abandonnée, construite sur un cimetière indien, qu’il ne quitte plus, sauf pour trouver de nouvelles victimes. Refusé de tous les salons de l’agriculture, sa seule activité est devenue le viol et la composition de poèmes. Il se nourrit actuellement de sang de lièvres et de chair de jeunes vierges.


rutabaga
Rutabaga est la création du Docteur Mengel, fils d’un chien et d’un rabbin, visiblement zoophile et pyromane. Né adulte en 1935 dans le but d’assouvir les plaisirs sexuels de son créateur, il se révolta, ce qui résulta d’une amputation des attributs génitaux de Mengel et des conséquences que tout le monde ou presque connait. Sa colère contre l’espèce humaine le poussa à participer à tous les génocides et les conflits d’après-guerre. On lui attribut aussi le retour de la galle, de la peste et de la gastro-entérite sur Terre. Vouant sa vie à Satan, il rejoint la croisade malsaine des deux personnages précédemment cités. Signe particulier, il a reçu cinq oscars (tel celui du meilleur acteur) pour un rôle qu’on ne citera pas ici, ce qui ne l’empêche pas d’aller se nourrir gratuitement au Resto du Cœur et de s’habiller à Emaüs.
Beyond the hate